L’augmentation mammaire par la mise en place de prothèses donne de beaux résultats esthétiques avec des cicatrices minimes.

L’intervention

L’intervention se déroule  sous anesthésie générale. Le geste chirurgical est réalisé de la façon la plus douce possible et l’hospitalisation en clinique est courte, de l’ordre de 24 heures. 

A l’heure actuelle, les prothèses pré-remplies de gel de silicone apportent souplesse et galbe naturel. Leur forme est ronde ou anatomique et leur profil modéré ou haut en fonction de la projection souhaitée.

Trois éléments essentiels sont à considérer et seront revus en détail en consultation: la cicatrice, la position et le volume des prothèses.

La cicatrice sous-mammaire

J’ai une nette préférence pour la cicatrice sous-mammaire qui présente de multiples avantages: mise en place très précise des prothèses, risque infectieux diminué, bonne cicatrisation, cicatrice résiduelle dans une zone d’ombre peu visible de face, remplacement facile des prothèses (il faut bien sûr y penser dès la première pose).

La position des prothèses mammaires

La mise en place des prothèses peut se faire à 2 endroits différents: rétro-glandulaire (complètement derrière la glande mammaire) ou rétro-musculaire (derrière le muscle pectoral, mais en pratique derrière le muscle en haut du sein et derrière la glande en bas).

. la position rétro-glandulaire. Les prothèses placées derrière la glande mammaire donnent un résultat souple et naturel (le sein se situe naturellement devant le muscle pectoral). L’intervention est confortable, avec des douleurs modérées voire absentes.

Cette technique est intéressante quand il y a déjà assez de glande pour enrober la prothèse et que la peau présente une bonne tonicité. 

Elle permet aussi de placer plus facilement des implants volumineux chez des patientes qui ont déjà de la poitrine et qui souhaitent une augmentation importante.

. la position rétro-musculaire et rétro-glandulaire (dual plan). J’utilise cette technique en cas d’épaisseur fine des tissus mammaires (glande, graisse, peau) chez une patiente plutôt mince.

D’un point de vue anatomique, la projection du muscle pectoral est en général plus haute que celle du sein. Pour une mise en place précise des prothèses, bien centrée sur le sein, le muscle pectoral doit ainsi être sectionné dans sa partie inférieure et interne (technique du dual plan). La prothèse se retrouve donc derrière le muscle dans sa partie haute, et derrière la glande dans sa partie basse (voir schéma) pour un résultat esthétique convaincant et naturel. 

Les suites sont un peu plus douloureuses que pour la position rétro-glandulaire, mais les douleurs restent modérées, traitées avec des antalgiques simples, et disparaissent progressivement en quelques jours.

Le choix de la position des prothèses sera discuté en consultation, en fonction de la physionomie de la patiente, des caractéristiques de la poitrine et en tenant compte, dans la mesure du possible, des préférences de la patiente. Dans tous les cas, l’association avec la cicatrice sous-mammaire est optimale, tant pour la première intervention que pour les changements ultérieurs.

Le volume des prothèses mammaires

C’est un élément clé de l’intervention. Le chirurgien va choisir le volume, en étroite collaboration avec la patiente, en tenant compte de ses souhaits et de divers paramètres techniques -dont le diamètre et le volume initial des seins, la tonicité de la peau, la silhouette globale- dans le but d’obtenir un résultat attrayant et harmonieux.

Après l’intervention

La technique utilisée étant douce et peu douloureuse, les suites sont particulièrement simples. Un soutien-gorge spécifique de contention doit être porté pendant la phase de cicatrisation, soit 3 à 4 semaines. Dans l’état actuel des choses, les prothèses mammaires ont une durée de vie de 10 à 15 ans. Une surveillance régulière sera proposée, tous les 2 ans dans un premier temps, puis de façon plus rapprochée avec contrôle par échographie.

L’augmentation mammaire par la mise en place de prothèses va permettre d’acquérir ou de retrouver des seins d’allure normale, gage d’une forte féminité. J’utilise des prothèses en silicone de l’excellente marque française ARION.

Prix global de l’augmentation mammaire par prothèses (avec les frais de clinique, d’anesthésie et les prothèses): 3600€

C’est la plupart du temps une intervention de chirurgie esthétique. En cas d’hypoplasie sévère des seins avec bonnet inférieur à A, un accord préalable peut être demandé à l’assurance maladie par le chirurgien, et la patiente sera alors examinée par un médecin conseil. Votre chirurgien vous conseillera au mieux lors de la première consultation.

Me contacter ou demander un rendez-vous